Association Les Amis de L'Isle Adam

1789

      Le 1er mai, le roi convoque les Etats Généraux selon un mode de désignation organisé par bailliage et par ordre (Noblesse, Clergé et Tiers-état).

      L'Isle-Adam constitue un bailliage primaire qui dépend du bailliage secondaire de Pontoise, lequel est rattaché au bailliage principal de Senlis. Les députés élus à l’Isle-Adam pour se rendre à Pontoise sont François Delondre, marguillier, et Henry-Philippe Legrand, bourgeois. Dans le même temps, chaque commune est invitée à rédiger un cahier de doléances. Celui de l’Isle-Adam comporte dix articles ; il insiste sur la lourdeur des impôts, recommande la refonte des tailles, accessoires, vingtième et corvées, en une seule imposition supportée également par les propriétaires des trois ordres, demande une définition claire et publique du rôle de l'impôt, soumet la création de tout nouvel impôt au consentement des Etats Généraux, propose le remplacement du tirage de la milice par une contribution de chacun des trois ordres à la levée des troupes, insiste sur la nécessité d'une meilleure répartition du marché des grains, demande que les représentants du Tiers-état aux Etats Généraux soient aussi nombreux que le total des représentants des deux autres ordres, enfin que le vote se fasse par tête et non par ordre.

      Après le 14 juillet, les Parisiens s'organisent en milices bourgeoises. Dans certaines campagnes courent des bandes armées qui pillent les récoltes, brûlant parfois les châteaux, provoquant la Grande Peur. Ce qui détermine les villageois à organiser leur propre défense.

      C'est ainsi que L'Isle-Adam et Jouy-le-Comte, mettent sur pied leur propre milice bourgeoise, armée de fusils pris dans les écuries du Prince de Conti.

      La nuit du 4 août, l'Assemblée vote l'abandon de tous les privilèges.

      Les Adamois sont satisfaits puisque cela allait dans le sens de leur cahier de doléances.

     Pour faire face aux besoins du Trésor, Talleyrand propose de nationaliser les biens du Clergé, et de les mettre en vente comme biens nationaux, afin de garantir la première émission de 400 millions d'assignats.

      Le 26 août, l'Assemblée vote la Déclaration des Droits de l'Homme.

< Retour        Aller à 1790 

Créez un site Web gratuit avec Yola.