Association Les Amis de L'Isle Adam

Jehan de L'Isle-Adam






Sceau de Jehan de   

L'Isle-Adam en 1275  


    Associé aux actes de son père dès 1236, Jehan de L'Isle-Adam prend part à la lutte que le roi Louis IX soutint victorieusement contre le comte de la Marche, Hugues de Lusignan, révolté et appuyé par le roi d'Angleterre Henri III. Le rôle dressé pour cette campagne contient une liste de seigneurs de l'Ile-de-France engagés par le comte de Poitiers, Alphonse, frère du roi. D'après ce rôle, Jehan de l'Isle devait fournir quatre chevaliers pour autant de fiefs qu'il avait dans sa châtellenie et son frère Adam, seigneur de Frouville, trente-cinq livres tournois.

    Au mois de mai 1261, conjointement avec sa femme, Héloïs de Noverat et de Crapaumesnil, il accorde aux moines de l'abbaye de Saint-Denis le libre passage du travers de L'Isle-Adam, excepté pour le vin et à condition qu'ils ne couvrent pas de leur privilège les marchandises destinées au commerce et qu'ils célèbrent une messe tous les ans à l'anniversaire du décès de l'un et de l'autre. En août 1264, il confirme l'amortissement de l'île située en la rivière de l'Oise, en faveur de l'abbaye du Val.

    En avril 1266, il amortit trois arpents et demi de terre à Champagne, mouvants de son fief et vendus aux religieuses de l'abbaye de Saint-Antoine de Paris par Jehan Fauvel de Champagne. Une contestation s'élève entre Jehan de l'Isle et l'hôtel-Dieu de Pontoise. Ce dernier prétendait être dispensé du droit de travers de L'Isle-Adam, en vertu d'une donation faite par Louis IX en décembre 1259 et l'exemptant de tous péages. Un jugement rendu le 8 décembre 1268 par deux arbitres, Pierre, maire de Nesles, et Richard de Chambly, bourgeois de Pontoise, décide que les bateaux de l'hôtel-Dieu auront à payer le droit de travers. Ce jugement est le plus ancien document concernant L'Isle-Adam qui soit rédigé en langue française.

    Le 1er janvier 1271, Jehan de l'Isle confirme l'exemption du péage faite par son père à l'abbaye de Maubuisson, à condition de célébrer son anniversaire à perpétuité. Le 8 décembre 1274, sa femme Héloïs de Crapaumesnil fait son testament (il est rédigé en français et patois picard). Aussi généreuse que riche, elle laisse soixante-douze livres à répartir entre plusieurs personnes de sa maison et diverses paroisses ou oeuvres religieuses, notamment le prieuré de Saint-Godegrand, la léproserie de l'Isle et l'abbaye du Val.  Le reste devait revenir à sa fille Isabelle. Elle désigne comme exécuteurs testamentaires : l'abbé du Val Notre-Dame, Jean de Chantelly, Raoul d'Estrées, ses beaux-frères Adam, seigneur de Frouville, et Ansel, seigneur de Balincourt, enfin Robert de Coudun, qui apposèrent leurs sceaux à cet acte, ainsi que Jehan de L'Isle. Elle décède peu de temps après et selon sa volonté elle est enterrée à l'abbaye du Val.

    Jehan de L'Isle-Adam fait son testament le 21 juin 1275. C'est une liste considérable de legs qui forme un total de trois cents livres, en faveur des gens de sa maison, de l'église de Valmondois et de quatre-vingt autres églises les plus proches. Il décède peu après et sera inhumé à l'abbaye du Val, près de sa femme Héloïs. Leur épitaphe en latin était rehaussée de leurs armoiries : une fasce accompagnée de sept oiseaux (quatre en chef, deux et un en pointe pour Jehan de l'Isle, trois en chef et trois en pointe pour Héloïs).

    Ils eurent deux enfants :

- Ansel IV, qui suit,

- Isabelle épouse Jean de Beaumont, seigneur de Luzarches, Jouy-le-Comte et Méru, avec lequel elle aura une fille : Guillemette de Luzarches (voir à ce nom).


 <Retour

Créez un site Web gratuit avec Yola.