Association Les Amis de L'Isle Adam

François-Louis de Bourbon-Conti

dit "le Grand Conti"







François Louis

de Bourbon Conti

 

     Né à Paris le 30 avril 1664, François-Louis de Bourbon-Conti, est baptisé le même jour à Saint-Sulpice. Il a pour parrain son oncle le Grand Condé, et pour marraine sa tante, la duchesse de Longueville. Il portera d'abord le titre de comte de la Marche, puis de Clermont, de prince de la Roche-sur-Yon, enfin de prince de Conti à la mort de son frère Louis-Armand.

A la mort de sa mère, en 1672, il est élevé sous la tutelle de sa tante, puis de son oncle le « Grand Condé », qui l'aimait comme son propre fils. Doué d'une intelligence remarquable il poursuit de brillantes études.

 En 1683, le jeune prince fait ses premières armes avec son frère aîné aux sièges de Courtray et de Dixmude. L'année suivante, il se distingue au siège de Luxembourg, où, à la tête de ses grenadiers, il monte à l'assaut d'un bastion l'épée à la main. Condé, son oncle, le complimente, mais lui reproche de trop s'exposer. En 1685, il montre encore sa valeur en Hongrie où il contribue à la défaite des Turcs.

Le 9 octobre, lors d’une chasse à courre, avec son oncle et le Dauphin, un cerf le blesse entre l'oeil et la tempe ; il sera marqué toute sa vie. Un mois après, le 2 décembre 1685, il succède à son frère. C’est à l'Isle-Adam que La Fontaine lui adresse une longue épître pour le consoler de cette perte douloureuse. Le nouveau seigneur aime cette résidence, car située dans un pays giboyeux.

Le 2 juin 1686, sur les instances du prince de Condé, Louis XIV lui confère, dans la chapelle du château de Versailles,  le cordon bleu de Chevalier du Saint-Esprit.

Le nouveau prince de Condé, Henry-Jules de Bourbon, voulait marier sa fille Marie-Thérèse à Conti, avec l’accord du Roi. Mais il fallait aussi celui du Pape car Conti était cousin germain du père de la future Princesse. Le 28 juin 1688, l’évêque d'Orléans, premier aumônier du Roi, célèbre les fiançailles devant toute la Cour. Le lendemain, à la messe du Roi, dans la chapelle du château de Versailles, il marie les fiancés en présence de la Cour.

La guerre de la Ligue d'Augsbourg éclate et, le 25 septembre 1688, Conti part comme simple volontaire pour concourir avec le Dauphin au siège de Philippsbourg, qui capitule le 27 octobre. Au mois de mai 1689, il participe à la conquête du Palatinat. Il se distingue aussi au siège de Mons. Le 3 mai 1692, il est nommé Lieutenant-général et concourt, avec le Maréchal de Luxembourg, au fameux siège de Namur, dont la citadelle capitule le 30 juin.

A la bataille de Steinkerque, le 4 août, les trois princes de la Maison du Roi assurent la victoire par une charge héroïque. Conti aura deux chevaux tués sous lui.

Le 10 mai 1693, le Roi ayant proposé aux princes du sang le titre de Chevaliers du Saint-Esprit, Conti répond qu'ils seraient très honorés d'être d'un Ordre dont le Roi voulait bien être lui-même. Louis XIV les dispense des dix années de services requis par les statuts de l'Ordre.

Le 29 juillet, à la bataille de Nerwinde, Conti se conduit en héros : blessé d'un coup de sabre, il abat celui qui faillit le tuer. Ce jour-là, les ennemis perdront 1.500 prisonniers, 84 canons et 77 étendards, qui seront portés à Notre-Dame de Paris. Lors du Te Deum, chanté en l'honneur de ces victoires, le prince de Conti voulant escorter le maréchal de Luxembourg, écarte la foule, qui obstruait l'entrée de l'édifice sacré, en criant : « Place, Messieurs, laissez passer le tapissier de Notre-Dame ! »

En 1694, Conti fait la campagne de Flandre avec le Dauphin. A la fin septembre, il revient à la Cour.

Le 17 juin 1696, le roi de Pologne, Jean Sobieski, meurt. Sa veuve et ses fils étant divisés, la candidature d'un prince étranger est envisagée. Celle du prince de Conti est proposée.

Le 25 juin 1697, la Diète vote et Conti l'emporte sur son concurrent, l'Electeur de Saxe Frédéric-Auguste, mais l'élection est contestée. Le 1er septembre, Conti a une entrevue avec Louis XIV, qui lui confie 2.400.000 livres et lui donne 100.000 francs pour son équipage. Jean Bart est chargé de le conduire par mer en Pologne. En jetant l'ancre en rade de Dantzig Conti trouve cette ville toute dévouée aux intérêts de son rival, qui déjà avait mis sur sa tête la couronne de Pologne. Il donne alors l’ordre à Jean Bart de le ramener en France.

Le 12 décembre 1697, le Prince rentre à Paris. Il se présente au Roi qui l'embrasse avec des marques d'amitié.

Pour se consoler de son échec en Pologne Conti se lance dans l’achat de domaines. Le 4 février 1699, il achète à Issy une belle maison toute meublée avec un parc magnifique, pour 140.000 livres. Le 22 décembre suivant, il paye 20.000 livres l'acquisition de tous les héritages, possédés à l'Isle-Adam et à Nogent, par Françoise de Leyris, veuve de Louis de Baurain. Le 20 juin 1701, il acquiert la seigneurie de Chambly. Le 14 novembre 1705, il achète pour 25.400 livres le comté de Beaumont-sur-Oise. En 1706, il acquiert encore la seigneurie de Boulonville à Jouy-le-Comte, le fief de Vaux à Champagne et celui de Mondétour au Mesnil-Saint-Denis.

A la même époque, il fait restaurer son château de l'Isle-Adam et remplace la vieille tour de l’ancien château féodal par un pavillon qui devint la conciergerie. En 1701, il fait des démarches pour posséder toute l'île du Prieuré. Jean-François Chamillard, prieur de Saint-Godegrand lui cède cette propriété contre une autre plus avantageuse située dans la Grande Rue. Le contrat d'échange, approuvé par l'évêque de Beauvais, est confirmé par Louis XIV, le 6 février 1709. Le prince de Conti, qui se trouve alors à Paris, est gravement malade. Le 20 février suivant il expire. Selon ses dernières volontés, il sera inhumé auprès de sa mère à Saint-André-des-Arcs.

  Le Grand Conti avait eu sept enfants dont :

- Marie-Anne (Mademoiselle de Conti), née à Paris, le 18 avril 1689, baptisée le 17 septembre 1697, mariée le 9 juillet 1713 à Louis-Henri de Bourbon Condé, morte sans postérité le 21 mars 1720 ;

- Louis-Armand II, qui succède à son père ;

- Louise-Adélaïde (Mademoiselle de la Roche-sur-Yon) née le 2 novembre 1696 ; décédée le 20 novembre 1750.

  Quant à la veuve du Grand Conti, elle décèdera le 22 février 1732.


  < Retour

Créez un site Web gratuit avec Yola.