Association Les Amis de L'Isle Adam

Le château des Bonshommes 

     A la Révolution, le vieux Prieuré des Bonshommes, créé en 1169 par des religieux de la confrérie de Grandmont, devient bien national le 4 février 1790 ; les moines sont chassés et le domaine est vendu le 24 octobre 1791 à Marie-Anne Bellières, épouse de François Barbençon, demeurant à Paris.
Le 7 décembre 1816, il est acquis par général d’Empire de Miollis, ancien gouverneur général de Rome.
En 1829, Honoré de Balzac (1799 - 1850), viendra au château de Maffliers où l'attirait la présence de la Duchesse d'Abrantes, qui était l'invitée des Talleyrand-Périgord. Pendant ce séjour, il découvre l'ancien prieuré des Bonshommes. Il le décrit en 1830 dans son roman l'Adieu " .... un lieu funeste abandonné par les hommes. Le lierre avait étendu partout ses noeuds tortueux et ses riches manteaux.... Solitaire, torturé par sa toiture effondrée, ses murs lézardés et ses fenêtres béantes ouvertes sur le vide, il me semblait lorsque je le vis pour la première fois se fondre dans l'ombre verte de la forêt.... Un poète serait resté là, plongé dans une longue mélancolie en admirant ce désordre plein d'harmonie.... ". Compte tenu de l’état de la propriété sous Miollis, il est probable que Balzac ait inventé cette description du château des Bonshommes.

     Le 12 juillet 1830, après le décès du général de Miollis, le domaine est vendu à M. Geoffroy. Celui-ci transforme en 1859 l’ancien prieuré en une charmante habitation de campagne. Les ailes du bâtiment principal sont modifiées et les jardins, les vergers et les viviers sont façonnés par l'habile architecte-paysagiste Varé en un parc agréable où l'on peut admirer des arbres séculaires. La propriété est alors appelée « le château des Bonshommes ».
Ce domaine appartiendra ensuite à M. Lefèbure de Saint-Maur et à ses petits fils, puis à Robert et Edouard Cheilus.
Le château a aujourd'hui disparu et l’ancien parc appartient à l'Office National des Forêts.  

Créez un site Web gratuit avec Yola.